La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches
  • Presse
    Le rapport Schwartz, ou la libéralisation de la distribution de la presse ›››

    Alors que le rapport Schwartz, rendu fin juillet au gouvernement, recommande notamment la fin du statut coopératif et solidaire de la distribution de la presse, la SGLCE-CGT conteste ce dernier, demandant le maintien de la loi Bichet, pour un système de distribution coopératif, égalitaire et démocratique de la presse. Ce rapport, commandé par le gouvernement et confié à Marc Schwartz, conseiller-maître à la Cour des comptes, préconise une (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Précarité
    La revue du Comité CGT des travailleurs privés d’emploi et précaires ›››

    La revue, trimestrielle, du Comité CGT des travailleurs privés d’emploi et précaires fait peau neuve. Ce numéro 89 traite de la casse de Pôle Emploi, aborde des aspects pratiques auxquels sont confrontés chômeurs et précaires, et relaie les luttes gagnantes ou en cours. Vous pouvez le télécharger ci-dessous :
    Voir tout le texte ›››
  • Fonction Publique
    6000 douaniers supprimés, 66 millions de citoyens en danger ! ›››

    Des attaques sans précédent ont été annoncées cet été contre les services publics dans le cadre du rapport du Comité Action Publique 2022 (Cap 2022). À travers une campagne comportant douze visuels, le SNAD CGT compte sensibiliser sur le rôle essentiel des douaniers. Afin de sensibiliser au rôle essentiel des douaniers, la défense des missions douanières et dans la perspective des élections de la Fonction publique du 6 décembre 2018, la CGT douanes a (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Seine-Saint-Denis
    Les salariés du Théâtre de La Commune appellent à la grève ›››

    Les salariés du centre dramatique national d’Aubervilliers ont déposé un préavis de grève à partir du 20 septembre 2018 pour dénoncer une gestion et des conditions de travail calamiteuses. Le Théâtre de la Commune, centre dramatique national d’Aubervilliers, rassemble des salariés qui travaillent à remplir les missions que ce lieu emblématique s’est vu confier. Pourtant, depuis quatre ans et à budget constant, on ne dénombre pas moins de 12 ruptures (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Santé
    Un clip pour dénoncer la rigueur budgétaire à l’EPSM de la Sarthe ›››

    Depuis le début de l’année 2018, l’intersyndicale CGT-FO-Sud de l’EPSM de la Sarthe, mais aussi la communauté médicale d’établissement (CME) de l’établissement, se battent contre l’intégration forcée de l’EPSM dans le groupement hospitalier de territoire (GHT) de la Sarthe. Un recours devant le tribunal administratif a été déposé, qui rendra son verdict le 11 septembre prochain. En attendant l’intersyndicale s’est fendue d’un clip de campagne, "GHT Nan Nan" (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Santé
    Sixième jour de grève à la clinique Orpéa Saint-Estève ›››

    Démissions, arrêts de travail, sous-effectifs chroniques : les salarié.e.s de la Clinique La Pinède à Saint-Estève près de Perpignan, appartenant au groupe Orpea/Clinea, n’en peuvent plus ! Devant le refus de négociation de leur direction pour obtenir prise en compte de leurs difficultés, ils ont décidé de se mettre en grève le 4 septembre dernier. La réponse des dirigeants ? Remplacer les grévistes par des intérimaires ou des salarié.e.s du groupe (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Mobilisation
    La psychiatrie parisienne dans la rue ›››

    Hier, 6 septembre 2018, les établissements publics psychiatriques parisiens étaient mobilisés. Sainte-Anne, Maison Blanche et Perray Vaucluse (Essonne), déjà regroupés en Groupement Hospitalier de Territoire vont fusionner en janvier 2019 en Groupement Hospitalier Universitaire. Un protocole de travail établi par la Direction va soumettre ce secteur déjà mal en point à une souffrance plus grande. En imposant son protocole de travail pour 2019, la (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Transport
    Le pouvoir d’achat des agents de la RATP en berne ›››

    Avec le gel de la valeur du point, l’inflation et les politiques du gouvernement, le pouvoir d’achat des agents de la RATP se dégrade significativement. Ainsi, La CGT-RATP appelle les agents à participer à la journée interprofessionnelle organisée le 9 octobre 2018 à l’appel de la CGT – FO – Solidaires – UNL et UNEF. Les finances du groupe RATP sont plus que positives, avec un résultat de 2 787 millions d’euros au 30 juin 2018, en progression par (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Assurance chômage
    Quels sont les enjeux de la négociation sur l’assurance chômage ? ›››

    Après la réouverture de la négociation sur l’assurance chômage, Denis Gravouil, dirigeant de la CGT, nous explique l’importance que peut revêtir cet évènement. En l’espèce, tout le monde est concerné : ceux qui sont au chômage, ceux qui risquent de l’être, mais aussi ceux menacés par le chantage à l’emploi. Le chômage peut toucher tout le monde, même dans le public où l’on trouve de plus en plus de contrats précaires. Or, la croissance n’étant pas au (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Mobilisation
    Les cheminots poursuivent la lutte dès le 18 septembre ›››

    Deux cent représentants syndicaux rassemblés au Conseil National de la Fédération CGT des Cheminots ont confirmé la volonté de poursuivre la mobilisation contre la réforme ferroviaire et à mener des actions dès le 18 septembre. Dans un communiqué, dans lequel ils dénoncent « la déréglementation du système ferroviaire et la régression sociale », ils annoncent leur participation à la manifestaton intersyndicale du 9 octobre (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Birmanie
    Deux journalistes condamnés à 7 ans de prison ›››

    Pour avoir voulu enquêter, en décembre dernier, sur le massacre de dix paysans rohingyas par des soldats, deux journalistes birmans, Wa Lone et Kyaw Soe Oo, employés par l’agence de presse britannique Reuters, viennent d’être condamnés à une peine de 7 ans d’emprisonnement. Cette condamnation, dénoncée par les syndicats de journalistes français et birmans a également provoqué une réaction de l’Onu, qui a demandé leur libération immédiate. Ce (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Justice
    Affaire Tefal : l’inspectrice du travail devant la Cour de Cassation ›››

    Laura Pfeiffer, 38 ans, était inspectrice du travail à Annecy, en Haute-Savoie. En charge du secteur où se trouve Tefal (groupe Seb), son inspection va tourner au calvaire, la conduisant à devenir lanceuse d’alerte sur les pressions subies par sa profession. Elle est aujourd’hui, mercredi 5 septembre, devant la Cour de Cassation, où un rassemblement à lieu à l’appel de la CGT SNTEFP. Tout commence lorsque Laura est sollicitée par les organisations (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Négociation sur l’encadrement
    A quoi joue le Medef ? ›››

    Depuis la fin des régimes complémentaires Agirc et Arrco, des négociations sur la définition de l’encadrement ont lieu afin de définir son périmètre, ses droits et ses moyens associés, permettant aux travailleurs de l’encadrement d’exercer leur activité professionnelle. Malheureusement, la définition de l’encadrement n’intéresse vraiment pas le Medef, comme s’en indigne sur twitter Marie-José Kotlicki, secrétaire générale de l’UGICT-CGT : « Ahurissant : (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Privé.e.s d’emploi
    50% des offres de Pôle emploi sont toujours illégales ›››

    Le comité national des travailleurs privés d’emploi et précaires CGT vient de publier les résultats de l’étude menée sur les offres d’emploi disponibles sur le site pole-emploi.fr. En 2017, il avait déjà révélé que 50 % de ces dernières étaient illégales. Les chiffres sont indéniables : en 2018, 50% des offres d’emploi disponibles sur le site pole-emploi.fr sont toujours illégales, illustrant l’absence de mesures pour enrayer ce problème. Pôle emploi, qui (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Privé·e·s d’emploi
    La CGT traque de nouveau les offres d’emploi illégales ›››

    En 2017, la CGT avait mis à jour de fausses offres d’emploi diffusées en toute transparence par... Pôle emploi ! Forte du succès médiatique rencontré l’an dernier dans sa dénonciation de la tartufferie de l’agence nationale pour l’emploi, la CGT a décidé de remettre les plats cette année. Du 30 au 31 août, des militants aguerris vont analyser quelque 1 000 offres d’emploi diffusées sur le site de Pôle emploi, à la recherche de toute anomalie qui rendrait (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Dialogue social
    Pour la CGT, le gouvernement reste sourd aux salariés ›››

    Trois sujets étaient fixés à l’ordre du jour de la rencontre entre le gouvernement et les organisation syndicales le 28 août : assurance chômage, santé au travail et indemnités journalières. La CGT a souligné, en premier lieu, que la méthode employée par le gouvernement depuis son arrivée ne change décidément pas, et cela même après les déclarations d’intention du président de la République en juillet. Il n’y a donc aucune volonté de prendre en compte les (...)
    Voir tout le texte ›››
  • La Poste
    Une opération financière qui menace le service public ›››

    Dans son communiqué du 30 août, la fédération des activités postales et de télécommunications CGT revient sur l’annonce du gouvernement d’un désengagement de l’État du capital de La Poste au profit de la Caisse des dépôts et consignations menaçant une fois de plus un service public déjà fragilisé. Le gouvernement vient d’annoncer le désengagement de l’État du capital du groupe La Poste au profit de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), qui deviendrait (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Interprofessionnel
    La CGT fait sa rentrée ! ›››


    Voir tout le texte ›››
  • Banques
    Signez la pétition contre les frais bancaires abusifs ! ›››

    Frais bancaires abusifs : il faut légiférer pour redonner du pouvoir d’achat ! L’Indecosa-CGT (Association pour l’information et la défense des consommateurs salariés) vous appelle à signer cette pétition (que vous trouverez en cliquant sur ce lien) adressée à Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, dont nous vous reproduisons le contenu. Des bénéfices colossaux et injustifiés Selon une étude de l’Institut national de la (...)
    Voir tout le texte ›››
  • Retraités
    Une journée de mobilisation nationale se prépare le 9 octobre ›››

    Suite aux déclarations du Premier ministre le dimanche 26 aout 2018, notamment sur les pensions de retraite, l’Union confédérale des retraités et 8 autres organisations et associations appellent à une grande journée nationale d’actions et de manifestations à travers toute la France le 9 octobre. Édouard Philippe a annoncé dans Le Journal du dimanche du 26 août un ensemble de mesures mettant à mal — comme d’habitude — le pouvoir d’achat des plus (...)
    Voir tout le texte ›››

Revenu minimum social

Lutter contre la pauvreté exige une autre efficacité économique et sociale

mercredi 26 avril 2017

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) s’est prononcé sur le revenu minimum social garanti en séance plénière du 25 avril 2017. A ce titre retrouvez le communiqué commun CGT et Solidaires paru avant la séance plénière.

Le Conseil économique, social et environnemental vient de commémorer le trentième anniversaire de l’avis du père Joseph Wrezinski le 14 février dernier. C’est tout à son honneur car il portait une exigence forte déjà à l’époque : l’action nécessaire n’était pas réductible à une sorte d’urgence humanitaire et que la misère exigeait la lutte pour une autre efficacité économique et sociale, sortant du carcan de la rentabilité financière.

Alors que le Cese va examiner la proposition d’un Revenu minimum social garanti, sur saisine du président de l’Assemblée nationale, la pauvreté et la précarité ne cessent de se développer dans le pays. Trois repères jalonnent ainsi les travaux du Cese :

· En 1987, au moment de la parution de l’avis du père Wrezinski, 2,5 millions de personnes sont dites pauvres,
· En 2003, Didier Robert est rapporteur d’un avis dans un contexte où 4 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté,
· En 2017, 9 millions de personnes frappées par l’exclusion et la pauvreté.

Prétendre vouloir lutter contre la pauvreté tout en refusant d’analyser ce qui l’engendre est un non-sens. Il s’agit de mettre en œuvre des réponses pour construire des sécurités pour toutes et tous, tout au long de la vie. Il n’est pas pensable d’accepter une construction qui acte un sous-emploi structurel générateur de misère et d’insécurité sociale, dans une période où la précarité se renforce chaque jour.

La CGT et Solidaires refusent cette fuite en avant et rappellent l’urgente nécessité de répondre aux besoins de la population par des mesures politiques d’une toute autre nature. Les politiques d’exonérations, d’allègements de cotisations et de crédits d’impôts coûtent très cher à la collectivité, elles n’ont aucun effet sur l’emploi et encouragent une financiarisation nuisible au développement de l’activité des entreprises.

Ainsi, le Cese dresse un constat -même s’il ne va pas assez loin dans l’analyse de ce qu’il veut décrire- qui est la résultante d’un véritable travail d’échange. Il éclaire sur les difficultés que rencontrent de plus en plus de personnes dans notre pays et pointe, par exemple, les urgences concernant les jeunes dans leur diversité, les travailleurs pauvres, les nouvelles formes de précarité et de parcours, allers-retours emploi-chômage…. Ce constat fait donc un sort à l’idée même que les dépenses sociales seraient des dépenses passives, en développant l’idée que les minima sociaux sont un investissement pour la société. Il s’appuie ainsi sur le travail du COE sur l’accompagnement des demandeurs d’emplois, tordant le cou à l’idée selon laquelle il faudrait par le contrôle faire la chasse aux chômeurs.

Outre la nature clivante du sujet dans un contexte électoral particulier et le risque d’instrumentalisation du Cese sur une question controversée qu’il ne lui appartient pas de trancher, plusieurs remarques de fond méritent d’être développées :
1. La simplification des minimas sociaux ne passe par obligatoirement par la fusion partielle ou totale de ceux-ci.
2. L’Insee calcule tous les ans le seuil de pauvreté. Les minima sociaux doivent tendre à permettre à chaque personne de vivre décemment, c’est-à-dire à approcher, atteindre voire dépasser ce seuil de pauvreté, actuellement évalué à 1008 euros. L’ONPES, pour sa part estime à 1424 euros pour une personne le revenu minimum décent.
3. Une allocation unifiée ne doit pas se transformer en trappe à pauvreté. Unifier la base à 600 euros, cela veut dire que la revalorisation de l’AAH et de l’ASPA se fera sur cette base. Les compléments au RMSG pour handicap ou vieillesse seront-ils maintenus ? On fragilise la situation des personnes âgées les plus démunies et les personnes en situation de handicap.
4. Ceux qui ont toujours l’intention de réduire le montant des allocations au prétexte des contraintes budgétaires pourraient se satisfaire de la création d’un RMSG. Mais ils sont moins prompts à parler contraintes, quand il s’agit de financer les entreprises même si elles licencient et font des profits jamais atteints depuis 15 ans ! la CGT et Solidaires défendent une dimension solidaire des droits fondée sur d’autres principes et visant l’émancipation et la dignité des personnes.
5. La CGT et Solidaires ne peuvent pas cautionner un projet discriminatoire qui crée un minimum spécifique et inférieur pour les demandeurs d’asile. Que l’Etat dote l’OFPRA de moyens exceptionnels, comme savent le faire les Allemands, pour traiter vite et correctement les situations des demandeurs d’Asile.

La CGT et Solidaires portent une vision solidaire de la construction sociale et économique du pays. Ces organisations estiment que d’autres politiques publiques sont nécessaires pour mettre en œuvre les valeurs de la République.

Téléchargez le communiqué commun CGT et Solidaires

Voir l’avis du CESE sur le revenu minimum social garanti