La cgt
NOUS SUIVRE
  
Publié le vendredi 24 juin 2005

Compte rendu du comité exécutif de la CES des 14 et 15 juin 2005



La déclaration finale a fait l’objet de plusieurs moutures successives qui ont occupé l’essentiel des débats sur les 1,5 journées de ce comité.
Ce qu’il faut retenir c’est l’analyse et le souci de la direction de la CES de prendre en compte la situation nouvelle crée par le vote non des référendum en France et au Pays Bas et la nécessité d’unir et de rapprocher les points de vue des différents syndicats européens pour la suite à donner à notre action syndicale en Europe.

Alors que certains syndicats souhaitaient réduire la portée du non et valoriser la portée arithmétique des 10 pays ayant ratifié le traité et voulaient que la CES réaffirme clairement son soutien au Traité constitutionnel aujourd’hui, le secrétariat de la CES et John Monks ont pesé pour que l’on mette en valeur la situation nouvelle crée, et que l’on mette en avant aujourd’hui surtout les parties charte des droits fondamentaux, objectifs et valeurs sociales.

Nous nous sommes abstenus sur la déclaration finale parce qu’il n’était pas possible de concilier la position adoptée par la CES en octobre 2004 et notre position CGT mais il faut reconnaître l’effort fait par la direction CES pour ne pas aggraver les différences.

La discussion au cours de ce comité a marqué la profondeur de la crise européenne et la nécessité de réfléchir de façon approfondie à nos propositions à venir pour que la construction européenne se poursuive et prenne en compte le message des citoyens européens qui se sont exprimés tant sur les dimensions sociale, politique que budgétaire. Il nous faudra approfondir notre propre réflexion en ces domaines ainsi que sur les dimensions élargissement.

Cette déclaration a été adoptée à une très large majorité. FO a voté contre, il y a eu 5 abstentions dont celles de la CGT, des TUC, d’ELA.

Voir déclaration CES du 15 juin 2005