La cgt
NOUS SUIVRE
  
Publié le mardi 19 septembre 2017
En direct de la CGT en territoires

Communiqué de l’UD 54 du 18 septembre sur la situation de Transdev à Nancy



Le conseil métropolitain est en train de prendre des décisions concernant l’avenir des transports en commun sur son territoire.

Il y a en effet urgence tant le tram sur pneus Bombardier arrive en bout de course – en témoigne les nombreux incidents dont il est l’objet.

Il y a urgence, tant les usagers expriment de plus en plus leur mécontentement quant à la diminution des fréquences, le manque de ponctualité des bus, le peu de fiabilité des trams, l’information clientèle et l’accessibilité.

Il y a urgence car la diminution de l’offre kilométrique s’accompagnant de la suppression d’un nombre important de postes dont plusieurs dizaines de conducteurs, se traduit dorénavant par une baisse notoire des validations.
Il y a urgence car l’évolution envisagée du plateau de Brabois avec l’implantation de nouveaux services et entreprises va entraîner une augmentation notoire du nombre des usagers qui devront s’y rendre quotidiennement.

Il y a urgence donc d’envisager les évolutions qui s’imposent concernant le remplacement du matériel roulant et le réseau afin de répondre au mieux aux besoins de mobilité sur la métropole, ce dans le souci de mettre en œuvre une politique qui prenne en compte les nécessités de la transition énergétique. Toute rupture de charge aurait des conséquences néfastes sur le report modal. Un même matériel doit irriguer centre-ville et banlieues, ce dans un souci d’intégration de toutes les populations. Des tarifs sociaux – voire très sociaux – devront être instaurés afin de favoriser l’utilisation des transports publics par toutes les couches de la population.

La consultation de la population, le processus de concertation qui doit associer les organisations syndicales présentes sur le territoire ne seront crédibles que s’ils se situent véritablement en amont des décisions structurantes prises par les élus.

Enfin, pourquoi ne pas profiter de l’étape décisive qui se profile, pour revisiter le principe d’une délégation de service public qui en tout état de cause doit intégrer une véritable clause sociale en son sein ?