La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Société  >> Immigration
Publié le jeudi 1er juillet 2004

Clarifier les termes du débat pour le mouvement syndical



Extrait de l’article

La xénophobie, la peur de l’étranger, de l’autre, donne une configuration particulière aux débats politiques et médiatiques sur l’immigration. Celle-ci est présentée comme un problème : la
hausse du chômage, la précarité, l’insécurité, bref tous les maux ou presque auraient un lien direct ou indirect avec le fait que les immigrés seraient venus prendre la place des nationaux. La persistance
de ces difficultés favorise le développement de telles idées, avec des conséquences dangereuses pour la démocratie, comme l’a montré le choc du 21 avril 2002. Le discours xénophobe s’appuie sur des mythes
et des affirmations infondées. Il trouve un écho bien au-delà des rangs de l’extrême droite. Les ambiguïtés des politiques publiques augmentent la confusion et ne favorisent pas une approche constructive du problème. Le débat sur les perspectives démographiques ajoute
une nouvelle dimension. Se développe en effet un nouveau discours qui, à partir des problèmes liés aux évolutions démographiques, considère l’immigration comme une « solution » au vieillissement de la population. Ainsi l’immigration est ravalée à un simple vivier de main-d’œuvre au service des intérêts économiques des pays d’accueil.
À cause de cette confusion, les questions migratoires sont souvent présentées comme des phénomènes conflictuels mettant en opposition, in fine, les deux bouts de la chaîne : les pays d’origine et les pays
d’accueil. De plus, la place de l’individu, de l’être humain déraciné, est sinon oubliée, du moins très peu abordée.
La solidarité entre travailleurs à l’échelon mondial qui est un principe fondateur du syndicalisme exige que l’on clarifie les termes du débat à la fois pour faire barrage à la progression de l’extrême droite et mettre en échec la stratégie de mise en concurrence des travailleurs.
...