La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches
Publié le lundi 20 mars 2017
Enseignement supérieur

CentraleSupelec : une fusion désastreuse pour les personnels et les étudiants



Née en 2015 de la fusion d’un établissement public, l’École centrale, et d’un établissement privé, Supélec, CentraleSupélec a pour ambition « de devenir une institution de formation de référence internationale ».
Ceci contre l’avis du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche* (Cneser), qui s’était prononcé avec une large majorité contre ce projet en septembre 2014.

Logo CentraleSupélec

Depuis, une vaste réorganisation a été mise en œuvre, au détriment des personnels, avec des méthodes managériales contestées et la remise en cause des temps de travail, mais également au détriment des étudiants, avec l’abandon des cursus propres à chaque école et l’augmentation des frais d’inscription, de 610 euros par an en 2014 à une prévision de 3 500 euros pour la rentrée 2017.

Parallèlement, la fusion des deux grandes écoles doit s’accompagner d’un déménagement sur le campus de Paris Saclay en 2017, campus dont la desserte par les transports en commun est loin d’être achevée, puisqu’elle n’est prévue qu’à l’horizon 2023-2024 !

À l’appel de la Fédération de l’Éducation, de la Recherche et de la Culture CGT et du Syndicat général de l’éducation nationale CFDT, une assemblée générale des personnels a voté, le 13 mars, la grève à une large majorité, pour exiger d’être entendus sur le temps de travail, le cursus commun et le déménagement à Saclay.

Le 16 mars, 200 personnes ont manifesté pendant la tenue du Conseil d’administration et une assemblée générale a décidé d’appeler à une journée d’action le 21 mars, rue Descartes à Paris, devant le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche au moment ou le Cneser s’y réunira.


*Le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (Cneser) assure la représentation des établissements à caractère scientifique, culturel et professionnel (E.P.S.C.P.) et des établissements publics dont les personnels et les étudiants sont élus au scrutin secret et par collèges distincts et des grands intérêts nationaux, notamment éducatifs, culturels, scientifiques, économiques et sociaux dont les représentants sont nommés par arrêté conjoint des ministres chargés de l’enseignement supérieur et de la recherche. C’est un organe consultatif qui comprend 100 membres.