La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

Bureau international du travail

Bernard Thibault réagit aux attaques incessantes du patronat mondial contre le droit de grève

lundi 17 novembre 2014 , par Philippe Gelinaud

Bernard Thibault, membre du groupe des travailleurs au conseil d’administration du Bureau international du travail (BIT), a publié un communiqué dénonçant la remise en cause du droit de grève par le patronat au niveau mondial.

L’ex-secrétaire général de la CGT remarque que la provocation de Pierre Gattaz, président du Medef, qui a demandé, il y a quelques semaines, que la France sorte de la convention internationale qui fixe obligation aux employeurs de justifier les licenciements, s’inscrit dans un mouvement mondial de remise en cause des droits des travailleurs.

Devant ces attaques répétées du patronat, qui semble reconnaître le droit de grève uniquement dans les pays où il est garanti par la constitution, Bernard Thibault regrette que le conseil d’administration du BIT n’ait pas décidé, lors de sa réunion du 13 novembre 2014, de saisir la Cour internationale de justice de La Haye. Il note que « Faute de majorité au conseil d’administration, les travailleurs du monde sont pour l’instant interdits d’accès à la justice internationale ! »

Il explique que « derrière cette offensive contre le droit de grève, l’objectif est beaucoup plus grave : sous couvert d’un conflit d’apparence juridique, c’est bien le risque de voir les droits de l’homme devenir une variable d’ajustement dans le monde des affaires qui se profile. »

Bernard Thibault termine son communiqué en appelant à la mobilisation « pour changer la donne » d’ici la prochaine réunion du conseil d’administration du BIT, en mars 2015.

PDF - 66.4 ko
Voir le texte complet du communiqué de Bernard Thibault suite au conseil d’administration du BIT.

- Voir le communiqué de la CGT du 3 novembre 2014 sur les déclarations de Pierre Gattaz.