La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> La CGT communique

Banque publique d’investissement

BPIFrance doit servir à l’emploi, à la reconquête industrielle et au développement des territoires

jeudi 12 octobre 2017

BPIFrance, Banque publique d’investissement, organise, ce 12 octobre 2017, la « troisième édition de Bpifrance Inno Génération » qualifié dans son communiqué de « plus grand rassemblement d’émulation entrepreneuriale d’Europe. »

Cette opération de communication coûteuse n’est pas compatible avec les missions de cette banque. L’argent ainsi dépensé aurait pu être utilisé pour financer l’emploi et l’activité économique et pour améliorer les conditions de travail de ses salariés.

Le bilan de Bpifrance reste en-deçà des attentes, eu égard aux objectifs définis par la loi.

De plus, à de très rares exceptions, les Comités Régionaux d’Orientation (CRO) de BPIFrance ne se réunissent plus, surtout depuis la fusion des régions. C’est d’autant plus problématique que les CRO sont présidés par les présidents des conseils régionaux.

Pour la CGT, la création des emplois en quantité et en qualité, la ré-industrialisation et le développement dynamique et équilibré des territoires, tout en respectant les êtres humains et l’environnement, nécessitent la mise en place d’un Pôle financier public. Les missions assignées par la loi à BPIFrance en feraient une composante de ce pôle public que nous revendiquons. C’est la raison pour laquelle notre organisation a soutenu la création de BPIFrance et a pris activement part dans ses Comités d’Orientation.

Compte tenu des attentes qui demeurent insatisfaites, la CGT interpelle la direction de BPIFrance et, plus largement, les pouvoirs publics particulièrement sur deux points.

D’une part, sur le rôle que peut et doit jouer Bpifrance dans le financement des projets de développement régional en donnant la priorité à la ré-industrialisation des territoires, à la déclinaison d’une vraie politique industrielle appuyée sur des filières, ce qui suppose d’évaluer et de questionner les modalités et les critères actuels de ses interventions. Cela nécessite également de recenser les projets régionaux en cours. Pour la CGT, les choix de BPIFrance ne peuvent pas et ne doivent pas être calés sur ceux des banques privées et des marchés financiers.

D’autre part, sur le renouvellement rapide des Comités Régionaux d’Orientation (CRO) suite à la fusion des régions, en tirant les enseignements des dysfonctionnements de ces CRO. En effet, ceux-ci sont rarement réunis et le point de vue des représentants des salariés est rarement pris en compte. C’est d’autant plus grave que les organisations syndicales représentatives des salariés ne siègent pas, en tant que telles, au conseil d’administration de BPIFrance. Une révision de la loi sur ce sujet comme sur celui des critères d’intervention de BPIFrance est nécessaire.

Montreuil, le 12 octobre 2017