La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Agenda
Publié le mercredi 15 février 2017

Ateliers « Unis contre l’Extrême droite »



Les ateliers « Unis contre l’Extrême droite », organisés en intersyndicale par la CGT, la FSU, Solidaires, l’Unef, l’UNL et la FIDL, se tiendront au Centre culturel de Courrières, rue Aristide Briand, le 28 février 2017 de 9h00 à 17h00.

Visant à démontrer les dangers de l’extrême droite, cette journée se découpe en 3 ateliers :

- Atelier 1 : L’extrême droite employeur et acteur économique local
Après les municipales de 2014, l’extrême droite administre près d’une vingtaine de municipalités et gère plusieurs milliers d’agents territoriaux. Elle est également donneuse d’ordres au travers notamment de passations de marchés publics. Ces pratiques en tant qu’employeur et acteur de la vie économique locale permettent d’éclairer les conséquences de la mise en œuvre de ses propositions et conceptions politiques.

- Atelier 2 : Éducation – Jeunesse – Tissu associatif et culturel
La gestion des municipalités par l’extrême droite impacte les enfants et les jeunes : crédits alloués aux écoles primaires, subventions aux associations et centres sociaux, restauration et garderie scolaire, pressions sur les personnels communaux travaillant dans les écoles ou le périscolaire... Les décisions municipales ont des conséquences souvent importantes sur les conditions d’apprentissage des élèves et sur les conditions de travail des personnels.
La politique menée dans les municipalités gérées par des équipes d’extrême droite impacte particulièrement le tissu associatif. Qu’elles soient à vocation culturelle ou en direction de la jeunesse, les associations sont un défi pour l’extrême droite, qui révèle là un enjeu majeur de la réalité concrète de sa conception du « vivre ensemble ».

- Atelier 3 : Comment le langage des organisations progressives est détourné
La reprise dans les discours oraux et écrits de termes, expressions présents dans des tracts syndicaux interpelle. Il y a une stratégie de déguiser le fonds de leur projet politique en le travestissant avec des reprises de constats, revendications portés par nos organisations. Se placer sur ce terrain leur permet de s’étendre à un électorat populaire déboussolé par une austérité violente et furieux de l’ampleur des dégâts sociaux.