La cgt

NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> Dépêches

27 mai à Bobigny

Air France, Goodyear, et tant d’autres... les libertés syndicales bafouées

mercredi 1er juin 2016 , par EB

Le 27 mai dernier, 16 salariés d’Air France, se retrouvaient devant le Tribunal de Grande Instance de Bobigny. Un rassemblement de soutien était organisé par la CGT toute la journée, dans le cadre de sa campagne en faveur du respect des libertés syndicales.

C’est une première victoire pour les salariés d’Air France dont le procès a été repoussé à septembre prochain, les 27 et 28 exactement. Les salariés sont poursuivis pour violences et dégradations lors du comité d’entreprise du 5 octobre 2015. Miguel Fortéa, secrétaire général de la CGT Air France s’explique sur les conditions dans lesquelles ce procès est mené.

"Un licenciement ça génère de la colère et, cette colère est légitime"

Ce sont les mots de Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT adressés aux salariés lors de cette troisième journée nationale en faveur des libertés syndicales.

CHRU de Lille : 15 militants CGT et deux salariées dans le collimateur de la direction

Actuellement au CHRU de Lille une enquête est ouverte sur 15 militants et 2 salariées défendues par la CGT pour des faits pouvant être qualifiés de séquestration et datant de novembre 2014. La direction de l’hôpital a ressorti le dossier un an et demi après les faits. Des convocations de ces militants ont eu lieu sur 3 semaines en avril avec prises d’empreintes ADN. Selon Isabelle Bosseman de la CGT SMICT au CHRU de Lille, le dossier est clairement monté à charge contre la CGT.

Un agent pénitentiaire de Tarbes risque la révocation

Au service pénitentiaire de Tarbes, une militante CGT risque d’être révoquée pour avoir dénoncé dans la presse le dévoiement des missions des agents pénitentiaires. Dans le cadre du plan de lutte antiterroriste, les agents pénitentiaires sont en effet encouragés à jouer le rôle de "flics" afin de repérer les personnes les plus radicalisées.

Voir le dossier "Pas de conquêtes sociales sans libertés syndicales"