La cgt
NOUS SUIVRE
  
Publié le mardi 31 octobre 2017
En direct de l’institutionnel

Action publique 2022 : le gouvernement organise un Grand Forum de l’action publique



Le « Grand Forum de l’action publique », nouveau nom des États généraux du service public annoncés en juin, est l’un des trois volets du programme « Action publique 2022 » préparé par le gouvernement, avec les travaux du comité Action publique 2022 et les cinq chantiers transversaux de transformation.

Le forum s’intéressera aux missions de service public exercées par les agents de la fonction publique. Il se déroulera de début novembre 2017 à fin janvier 2018. Il prendra la forme d’une large consultation numérique et physique sur tout le territoire.

Dans ce cadre, seront déployés :
- une plate-forme numérique dédiée proposant deux consultations distinctes des usagers et des agents ;
- 13 forums régionaux de l’Action publique animés chacun par un ministre autour de la transformation des services publics dont ils ont la charge. Les Ceser pourront y être associés ;
- des débats territoriaux organisés par les élus ;
- des ateliers de co-construction du plan de transformation de la fonction publique associant des agents des 3 fonctions publiques (État, territoriale et hospitalière) et des élèves d’écoles du service public.

Gérald Darmanin a beau affirmer que le Grand Forum vise à éclairer la vision du gouvernement et qu’il « ne s’inscrira pas dans la même démarche que celle engagée dans le cadre du Comité de l’Action publique 2022 », impossible de ne pas faire le lien avec sa mise en œuvre et sa finalité alors que le comité travaille en même temps sur les mêmes thèmes ! N’est-il donc pas construit pour justifier le programme du gouvernement : simplification, diminution des dépenses publiques, réduction des effectifs de 120 000 postes d’ici à 2022, nouvelle réforme de l’État, refonte de missions, expérimentation, administration 100 % numérique… ? Le démantèlement ou le renforcement du service public est en jeu.

La consultation numérique sera organisée en 3 parties.

La première partie : « Les missions et l’action du service public » sera traitée par questionnaire et s’adressera aux usagers et aux agents. L’objectif est de « poser un diagnostic partagé et élaborer des propositions concrètes pour un service public de qualité et accessible à tous ». Concrètement, les questions prévues portent sur : les valeurs du service public et leur mise en œuvre, l’accès de tous, l’évaluation de l’action des services publics, les nouvelles missions à envisager, les missions qui pourraient être confiées à d’autres acteurs (entreprises, associations, citoyens), les missions qui pourraient être abandonnées, les pistes d’amélioration, les mesures de simplification par internet.
La seconde partie : « Une fonction publique plus ouverte et plus attractive » fera l’objet d’une consultation en ligne et s’adressera aux usagers et aux agents. Elle débute par une question ouverte : « Qu’est-ce qui vous donnerait envie ou vous a donné envie de travailler pour le service public ? » Puis suivent, comme pour la troisième partie, une série de questions avec un choix de réponses : comment rendre la fonction publique plus attractive ? Comment adapter le recrutement aux compétences nécessaires au service public ? Comment faire en sorte qu’elle plus à l’image de la société ?
La troisième partie : « l’emploi public » sera également en ligne mais ne concernera que les agents. Les questions s’organisent autour de 3 thèmes :
- des parcours professionnels plus riches et diversifiés (comment accompagner les changements de métiers et les transitions professionnelles ? Comment faire évoluer la formation professionnelle pour mieux répondre aux besoins des services et des agents ? Comment favoriser l’affectation et la fidélisation des agents expérimentés dans les territoires moins attractifs ? Comment favoriser l’accès aux responsabilités et organiser la promotion ?) ;
- une fonction publique plus attentive au management, à la qualité de vie au travail et à l’innovation (comment favoriser la participation des agents à l’amélioration du service public ? Comment favoriser de nouvelles pratiques managériales ? Comment mieux reconnaître l’investissement professionnel ? Comment améliorer les conditions de travail des agents ? Comment mieux prendre en compte dans la rémunération des agents publics leurs qualifications, leur engagement professionnel et leurs responsabilités ?) ;
- une offre de service ressources humaines renforcée (comment mieux accompagner les agents dans leur vie professionnelle ? Comment tirer pleinement parti du numérique au sein de la gestion des RH ?)