La cgt
NOUS SUIVRE
  
Accueil  >> La CGT communique

Concertation nationale sur l’apprentissage

1er séance groupe de travail « Parcours de l’Apprenti », 16 novembre 2017

mercredi 15 novembre 2017

Le gouvernement déclare vouloir, dans le groupe de travail « Parcours de l’apprenti » :

• traiter des questions d’orientation et d’accès à l’apprentissage, des conditions de travail (y compris de logement, de restauration, de mobilité) et de la lutte contre les ruptures.

Ce qu’il faut en déduire
La priorité du gouvernement est en fait de satisfaire les exigences de court terme des employeurs en transformant l’apprentissage en un contrat de travail à coût réduit ne permettant plus l’acquisition d’une vraie qualification.

Pour la CGT

Les conditions de travail et de vie des apprentis doivent être améliorées par :
• la reconnaissance d’un statut de l’apprenti, tout en renforçant ses droits tant dans le CFA que dans l’entreprise ;
• une nouvelle base de rémunération définie par la loi.

Rémunération

La CGT fait de multiples propositions.
Favoriser la recherche d’une entreprise d’accueil par la mise en place d’un lieu unique où seront collectées toutes les offres de stage et d’apprentissage et renforcer les moyens des CFA pour accompagner les jeunes dans ces démarches.
Travailler des mesures incitatives sur la mixité femmes/hommes.

Renforcer le droit à congé des apprentis : augmentation du nombre de jours de congés payés, en particulier pour les mineurs pendant la première année et du droit à congés pour examens (actuellement de 5j/session).

Renforcer l’information des apprentis sur leurs droits :
• création d’un livret interprofessionnel sur les droits des apprentis obligatoire ;
• droit pour les organisations syndicales représentatives d’intervenir dans les CFA ;
• mise en place d’un droit syndical dans le CFA, avec possibilité de créer une section syndicale ;
• création de conseils de classe avec représentation des apprentis par leurs délégués de classe.

Gratuité de la formation
Nécessité de rendre effective la gratuité de la formation initiale prévue par la loi (équipement de sécurité et pédagogique).

Aides aux transports, restauration, hébergement… à l’instar de l’aide existante dans le bâtiment
de 800 euros pour le permis de conduire.

Montreuil, le 15 novembre